FORMATION – MÉTHODE DE FAIRE LE CHOIX, P. E. BUSUTTIL, S.J.

Il est bon pour le jeune de se placer devant Jésus Crucifié et de réfléchir sérieusement à ce pour quoi Dieu l’a créé. Qu’il médite bien la première phrase du Catéchisme : « Dieu m’a créé pour l’aimer, pour le servir et pour sauver mon âme.

Il faut que le jeune écrive sur une feuille de papier : 

1) Les avantages qu’il trouve dans la vie religieuse pour atteindre ce but qui est le sien ? Naturellement, il doit aussi tenir compte des circonstances de sa vie, de son caractère, etc.

 2) Les inconvénients qu’il trouve dans la vie religieuse pour atteindre ce but qui est le sien ?

Ensuite, sur une autre feuille, il notera les avantages et les inconvénients qu’il rencontrera atteindre la fin suprême en restant dans le monde.

En réfléchissant et en priant, il trouvera beaucoup de choses à écrire sur. Ensuite, avec son Père spirituel, il fera le point sur les avantages et les inconvénients et décidera en conséquence. Il est clair que cet équilibre ne doit pas être une question de nombre mais une question de moral. Parfois, un seul désavantage peut annuler tous les avantages et vice versa. Cette méthode est très efficace pour ceux qui sont sereins et calmes ou pour ceux qui ne se sentent pas attirés ou enclins à un état de vie particulier.

En revanche, pour ceux qui envisagent déjà la vie religieuse mais qui, néanmoins, doivent faire ce choix pour les raisons indiquées ci-dessus, cette méthode ne sera pas aussi adaptée. Pour ceux-ci, il suffit qu’ils écrivent sincèrement quelles sont les raisons qui les poussent à désirer le sacerdoce ou la vie religieuse. De la liste qu’ils dressent, ils verront si leur intention est droite, si elle est vraie et donc si leur vocation vient de Dieu ou si elle est le fruit de raisons et d’intérêts humains et par conséquent non vraie.

Pour aider les uns et les autres, nous donnons une liste de motifs surnaturels et bons pour lesquels on peut désirer et choisir la vie religieuse. Ces motifs peuvent également être considérés comme des avantages qui se trouvent dans la vie religieuse.

 

  1. A) LES MOTIFS QUI TOUCHENT À MON UTILITÉ SPIRITUELLE

 

1) Je suis sûr de sauver mon âme : On est loin des dangers et des tentations du monde. Il y a la promesse de Jésus : « Vous recevrez le centuple en cette vie et ensuite la vie éternelle.

2) On est presque exempt de péché mortel : Voyons comment saint Bernard décrit les avantages spirituels du religieux :  » Il vit plus purement, tombe plus rarement, se relève plus vite, meurt avec plus de confiance, est délivré du purgatoire plus rapidement et est plus abondamment rémunéré. Nous pouvons dire sans risque qu’un bon religieux peut facilement passer toute sa vie sans commettre de péché mortel.

3) On atteint la perfection : Le religieux est dans un état qui tend continuellement vers la perfection, il la recherche et s’efforce de l’atteindre par tous les moyens. L’Église approuve les règles des ordres religieux pour dire que celui qui les observe atteindra sûrement la perfection.

4) La sainteté s’atteint plus facilement : la perfection vécue dans l’héroïsme. Celui qui obéit en reniant toujours sa propre volonté, en vivant toujours soumis à une Règle, à une vie commune, en faisant toujours ce qui plaît aux autres, en mortifiant tout désir propre, tout cela fait du religieux un héros caché. Viennent ensuite les aides spirituelles : une direction spirituelle constante, une formation ascétique solide et robuste, une dose abondante de prière, de lectures spirituelles, de discussions et de conférences ascétiques, de fréquentes visites au Saint-Sacrement ; en un mot, on vit dans la même maison que Jésus, qui est toujours à notre disposition.

5) Je veux vivre uniquement pour les biens éternels, qui sont les seuls que j’estime : Pour certains, ce serait une terrible humiliation, un contresens impardonnable de vivre pour les choses de la terre. Ils ont soif des biens de l’esprit, ils voient que seuls ceux-ci peuvent rassasier le cœur, et la conséquence est qu’ils conçoivent un véritable mépris du monde et voient que seul compte de vivre uniquement pour les biens du ciel compte.

6) J’ai peur de l’enfer : Il ne s’agit pas de lâcheté ou de bassesse, mais d’un sentiment saint que l’on n’aurait pas sans une vraie grâce de Dieu, et qui seul est capable de faire des Saints.

7) Je mourrai d’une mort sainte : Du religieux nous pouvons dire : « Beati mortui qui in Domino moriuntur ». Il a vécu pour Dieu, il meurt en Lui et pour Lui, ses œuvres faites uniquement pour Dieu et pour les âmes les suivront.

8) On vit une vie spirituellement organisée : le religieux vit une vie réglée par un emploi du temps qui lui apporte périodiquement l’annonce d’une nouvelle œuvre à accomplir pour Dieu.

9) On est certain de toujours faire la volonté de Dieu : cela s’obtient par l’obéissance. Le supérieur religieux, en vertu de son autorité, représente Dieu, et ce qu’il me dit de faire est certainement la volonté de Dieu, à moins qu’il ne s’agisse d’un péché. Ce privilège n’est accordé qu’aux religieux.

10) Le bonheur de la vie religieuse : « Les religieux sont heureux sur cette terre parce qu’ils savent qu’après la mort, Dieu, les attend. Le bonheur n’est pas seulement une réponse à l’espoir dans l’avenir mais à la réalité joyeuse du présent. Elle vient de la certitude de l’amitié avec

 Dieu, de la compagnie de saints religieux, de la mortification, de la pureté et d’un ensemble de choses qui donnent au religieux une jeunesse spirituelle.

11) Je veux vivre une vie de sacrifice et de renoncement : Il n’y a pas de signe plus clair et plus sûr de l’amour pour Dieu. Il faut dire clairement que la vie religieuse est un paradis, une joie, une grâce, mais seulement pour ceux qui veulent la vivre sérieusement, dévoués à la croix de leur devoir et à l’observance exacte de leurs Règles. Celui qui entre en religion pour cette raison ne perdra pas sa vocation.

12) Je veux vivre une vie de pureté : Beaucoup voient que, dans le monde, vivre une vie de pureté est presque impossible, et donc ils tournent leur regard vers la vocation religieuse où ces lys du Seigneur sont cultivés et où tout respire la pureté et la sérénité du cœur.

13) Je vais augmenter mes mérites : L’âme d’un religieux acquiert de nombreux mérites en un seul jour de vie en religion.

14) Je vivrai en compagnie d’âmes bonnes : Les religieux trouvent l’aide la plus efficace pour leur vie spirituelle en étant entourés d’âmes pleines d’amour de Dieu, de désir de perfection, de bonne volonté, d’aide mutuelle pour être toujours meilleurs aux yeux de Dieu.

15) Beauté du sacerdoce : Un prêtre, ministre de Dieu, qui offre au Très-Haut le divin Sacrifice pour le salut de l’humanité ; Un prêtre qui absout, baptise, distribue le Pain de Vie, assiste à la dernière agonie ; Un prêtre qui conseille, console, aide, bénit au nom de Dieu ; Un prêtre qui, au cours des siècles, renouvelle la présence visible du Christ dans le monde est un idéal capable de fasciner tout cœur désireux de vivre une vie utile et pleine.

16) Je m’unis à Dieu par les trois vœux : Comme trois chaînes d’or, ils nous unissent à Dieu, ils redoublent nos mérites, ils font de nous des privilégiés, ils nous rendent heureusement impossible tout retour en arrière  et nous obligent presque à persévérer. Ils nous transforment en volontaires de première ligne qui suivent le Maître partout où il va.

17) J’aurai une formation sérieuse et profonde : C’est un élément à prendre en compte. Avoir une lumière splendide, un guide sûr, une préparation sérieuse et solide pour gravir la sainte montagne de la vie spirituelle, ce n’est pas n’importe quoi.

18) J’aurai beaucoup de prières à ma mort : Lorsqu’un religieux meurt, ses frères en religion prient pour le repos de son âme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *