FORMATION – Est-il difficile de choisir sa vocation “religieuse”?, P.E.BUSUTTIL, S.J.

EST-IL DIFFICILE DE CHOISIR SA VOCATION “RELIGIEUSE”?

La décision n’est pas si difficile , mais elle n’est pas à prendre à la légère. Dieu appelle certainement ! Et son appel exige du jeune qu’il sache  que c’est pour la vie, de cet état d’esprit dépendra tout son avenir dans ce monde comme dans le suivant. Dieu ne peut donc pas attendre du jeune homme qu’il fasse ce choix s’il n’est pas sûr de ce qu’il fait. Et donc il doit aussi lui donner la faculté  de connaître sa volonté avec certitude.

Dieu donne généralement une certaine facilité pour nous aider à faire les choses nécessaires et il est ainsi élémentaire de manger, de respirer ou de prier. Bien choisir le sens de notre vie est une chose nécessaire pour nous, pour l’Église et pour les âmes, c’est pourquoi Dieu doit rendre ce choix accessible d’une certaine manière

Le père Lessio dit : « Si quelqu’un en arrive à vouloir avec determination embrasser la religion et qu’il est résolu à en observer les règles et les obligations, il n’y a aucun doute que cette détermination, cette vocation, vient de Dieu ; quelles que soient les circonstances qui l’ont provoquée ». « Peu importe comment nous commençons, dit saint François de Sales, pourvu que nous soyons déterminés à persévérer et à bien finir. Et saint Thomas d’Aquin affirme hardiment que « peu importe la source de notre désir d’entrer en religion, il vient de Dieu » ; tandis que le père Suarez conclut que « généralement, le désir d’une vie religieuse vient de l’Esprit Saint et, en tant que tel, nous devons le recevoir”.

Cependant, il ne faut jamais laisser le jeune se précipiter. Une vocation s’examine, se pèse, se teste avec calme et constance, avec sérieux et intelligence. Ne permettez pas que l’avenir d’un jeune soit fondé sur un « peut-être ».

 

LES DIFFÉRENTES MANIÈRES DONT LE SEIGNEUR SE MANIFESTE HABITUELLEMENT ?

1) Directement : c’est-à-dire lorsque Dieu lui-même, à travers une vision ou avec une inspiration très claire, nous donne à comprendre d’une manière qui n’admet aucune sorte de doute le chemin à suivre. C’est ce que Dieu a fait avec saint Paul, en l’appelant de manière miraculeuse et très claire sur le chemin de Damas.

2) Plus fréquemment, le Seigneur se fait sentir en donnant au jeune beaucoup de clarté et de sécurité provenant de consolations et de convictions qui font de la vocation une chose ressentie. Le jeune  se sent fortement attiré par la vie religieuse ; pour lui, il n’y a pas d’autre idéal, il ne peut pas douter que c’est sa voie ; quand il pense à la vocation, il se sent heureux, il est rempli d’enthousiasme et est prêt à n’importe quelle lutte ou sacrifice pour devenir religieux, un sauveur d’âmes. Il aura des tentations, des moments de doute et de découragement, mais il comprendra que ce sont des tentations qui passeront vite et laisseront derrière lui à nouveau le calme, la lumière et la pleine sécurité.

3) Temps de calme. Décision fondée sur un raisonnement. Ce sont ceux qui ne sont pas sensibles à la grâce, mais qui sont dans un état de tranquillité absolue.  Ils ne doivent donc pas croire qu’ils n’ont pas de vocation, mais ils doivent eux aussi faire leur choix et considérer logiquement ce pour quoi ils ont été créés, quelle est la finalité de leur vie sur terre, quel est le chemin le plus adapté pour eux afin d’atteindre mieux, plus facilement et avec plus de sérénité leur fin ultime.

 

COMMENT DEVONS-NOUS NOUS COMPORTER LORSQU’ON NOUS PARLE DE VOCATION POUR LA PREMIÈRE FOIS ?

Il est tout d’abord nécessaire d’encourager la personne, mais il ne faut pas se contenter de belles paroles de louange ; il faut ensuite donner des instructions sérieuses et solides sur le sens de la vocation et sur la manière de voir si Dieu appelle vraiment ou non. Encourager avec sérieux, en donnant une idée claire de ce qu’est la vocation, des consolations et des sacrifices qu’elle comporte, et en expliquant au jeune comment il peut arriver à voir s’il a ou non une vraie vocation.

Pas tout en même temps. Laissons la grâce pénétrer et de imprégner le terrain. Nous parlerons plus loin des signes de la vocation, puis de la manière dont le choix se fait. En attendant, demandez et priez beaucoup.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *