Aller au contenu

LE MYSTÈRE DES VOCATIONS

Quelles sont les vocations de consécration spéciale ? On considère communément qu’elles sont au nombre de cinq : sacerdotale, diaconale, religieuse, missionnaire, séculière.

En quoi consistent les vocations de consécration spéciale ? Elles consistent essentiellement en trois choses :

1 – L’appel de Dieu, la partie la plus importante de la vocation qui produit, nécessairement, chez le candidat, l’aptitude ;

2 – L’aptitude, qui est l’effet de l’appel intérieur de Dieu, a trois aspects : aptitude physique-psychique ; aptitude morale, qui implique toujours une intention droite ; aptitude intellectuelle. Ces trois aspects sont une condition sans laquelle l’élément qui suit ne peut être réalisé ;

3 – L’appel de l’Église qui agit sur cette terre, au nom de Dieu.

Comment Dieu appelle-t-il ? Dieu appelle en “touchant” l’âme avec sa grâce.

L’appel de Dieu est généralement intérieur : c’est Dieu qui, de l’intérieur, inspire aux âmes le désir d’embrasser un état aussi élevé et excellent que la vie consacrée.

Nous observons deux étapes :

  • Certains disent que, pour qu’il y ait une authentique vocation, il est nécessaire d’être appelé directement par la voix du Seigneur de façon extraordinaire, comme lorsqu’il a appelé Pierre ou André et, dans ce cas-là, il ne faut pas tarder à répondre immédiatement. Mais, lorsqu’une personne n’est appelée qu’intérieurement, un long discernement avec les conseils de plusieurs personnes sont nécessaires pour savoir si l’appel vient vraiment d’une inspiration divine.

A ceux-là, nous disons avec saint Thomas : “Pensée erronée”.

Le désir intérieur et désintéressé d’embrasser l’état religieux est un authentique appel divin, car c’est un désir qui dépasse la nature, et il doit être suivi immédiatement ; aujourd’hui comme hier, les paroles de Jésus dans l’Écriture sont valides. Le conseil du Christ : « Si tu veux être parfait, va, vends tout ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres (Mt 19,21) qui a été adressé  à tous les hommes, en tout temps et en tout lieu : « Nul n’aura quitté à cause de moi et de l’Evangile une maison, des frères … sans qu’il reçoive, en ce temps déjà, le centuple … et, dans le monde à venir, la vie éternelle » (Mc 10,29). Ainsi, chacun, même aujourd’hui, devrait recevoir ce conseil comme s’il l’avait entendu des propres lèvres du Seigneur. La personne qui veut suivre ce conseil peut à juste titre penser qu’elle a reçu une authentique vocation religieuse.

  • La manière ordinaire dont Dieu suscite les vocations est intérieure, par les insinuations divines de l’Esprit Saint à l’âme. Cette voie précède toute parole extérieure, puisque “le Créateur n’ouvre pas la bouche pour enseigner l’homme sans lui avoir d’abord parlé par l’onction de l’Esprit”. L’appel intérieur est donc un appel authentique de Dieu et il faut y obéir immédiatement, comme si nous l’entendions de la voix du Seigneur.

C’est le propre de l’appel divin que de pousser les personnes vers des choses plus élevées. C’est pourquoi le désir de la vie religieuse, si haut et si élevé, ne peut jamais venir du démon ou de la chair ; “très étrangère aux sens de la chair est cette école dans laquelle le Père se fait entendre et enseigne la manière de parvenir au Fils. Et cela, il le fait non par les oreilles de la chair, mais par les oreilles du cœur”.

Cet appel de Dieu est le “fondement même sur lequel repose tout l’édifice”, car “la vocation religieuse et sacerdotale ne peut venir que du Père des lumières d’où descendent tout don bon et tout don parfait”. L’Église n’a jamais douté de l’origine divine de la vocation sacerdotale, et l’a toujours affirmée, depuis ses origines jusqu’à nos jours. À cet égard, et en ce qui concerne la cause première de toute vocation, Jean-Paul II affirme « qu’à l’origine de toute vocation, il y a toujours Jésus-Christ, incarnation suprême de l’amour de Dieu ». En d’autres termes, dans la pensée de l’Église, la vocation sacerdotale n’a jamais été assimilée à une profession purement humaine, qui naît de l’homme. Dans le cas de la vocation, l’initiative revient toujours à Dieu : “Dès le début, l’Église a considéré la vocation au ministère (sacerdotal) comme une grâce donnée par l’Esprit de Dieu”.

« Nous devons obéir sans un instant d’hésitation et sans résister pour quelque raison que ce soit, aux voix intérieures avec lesquelles l’Esprit Saint anime l’âme » – « Le Seigneur m’a ouvert l’oreille et moi je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé (Is 50, 5) », en me rappelant que tous ceux qui sont gouvernés par l’Esprit de Dieu sont enfants de Dieu car ils sont « gouvernés par l’impulsion de la grâce ».

****

Chères mères, dans le cadre des 40 heures, continuez à prier et à demander la grâce pour que Dieu suscite de nombreuses et saintes vocations et que les jeunes appelés soient fidèles et généreux pour répondre promptement à cette grâce divine.

Prière pour les vocations de Saint Jean Paul II

Seigneur Jésus, toi le Bon Pasteur, suscite dans toutes les communautés paroissiales des prêtres et des diacres, des religieux et des religieuses, des laïcs consacrés et des missionnaires, selon les nécessités de ce monde que tu aimes et que tu veux sauver. Nous te confions en particulier notre communauté : crée en nous le climat spirituel des premiers chrétiens afin que nous puissions être un cénacle de prière, accueillant avec amour l’Esprit Saint et ses dons. Assiste nos évêques, nos prêtres et nos diacres et toutes les personnes qui se consacrent à toi. Guide les pas de ceux qui ont accueilli ton appel. Tourne ton regard d’amour vers tant de jeunes bien disposés et appelle-les à ta suite. Amen